Publié dans Régime
Pour maigrir, il faut comprendre son corps
Publié le Fév 6, 2020

Vous avez décider de vous prendre (ou reprendre) en main. Voici quelques concepts à bien intégrer, afin de ne pas vous jeter tête baissée dans l’arène de l’entraînement.

Le paradoxe de la prise de poids

Tout en conservant une certaine simplicité, sachez que faire du “Sport”, va de paire avec la prise de masse musculaire. C’est comme ça on y peut rien, vous sollicitez votre corps, il faut bien qu’il fabrique de quoi pallier à votre désir de le mettre en mouvement de quelques façon que ce soit.

Si vous faites donc partie de la catégorie “Novice” n’ayant jamais su, pu, ni même voulu faire d’activité physique auparavant…

(Déjà je vous souhaite la bienvenue! Et vous adresse même toutes mes félicitations! Car il en faut du courage pour passer à l’action! Et de vous à moi… C’est vrai… Faut avoir envie… De perdre des heures de sa vie, transpirer, avoir mal, crier, jurer, les cheveux ébouriffés, sentir mauvais…)

…Sachez que la première chose que votre corps va faire, avant même de penser à maigrir, c’est fabriquer du muscle. Hé ben oui! Vous êtes dingue! Le moteur à pas tourné depuis des années! Faut refaire tous les niveaux, changer les durites qu’ont craquées, je vous parle pas du turbo qui risque d’exploser si vous tirez trop fort dessus sur les premières sorties, bref…

Le muscle est ce qui va être demandeur d’énergie durant votre effort. Plus vous en aurez, plus vous allez consommer. Principe mécanique simple, plus le moteur est gros, plus y biberonne. Et justement, ça nous intéresse !

Ce qui nous ramène au phénomène paradoxale de la prise de poids qui va en découler. Vous allez prendre du muscle, donc augmenter votre masse maigre. Sachant que le muscle est beaucoup plus lourd que la graisse pour un même volume, vous risquez fort de prendre du poids en phase d’attaque. CQFD.

Il faudra donc attendre que votre corps soit totalement habituer à l’effort physique pour enfin aller prendre les nutriments là où il faut. (ATTENTION, “là où il faut” n’est pas nécessairement, “là où vous voulez…”)

Le corps est un réservoir

Le corps peut être vulgairement comparé à un enchaînement de réservoirs sur lequel est positionné 2 robinets.

Le corps est un réservoir d’énergie

Le premier au départ gère le débit des entrées (nourriture, fluides en tout genres, produits de substitutions, drogues, bref chacun ses choix),

le second en bout de ligne gère les sorties (selles diverses et variées, transpiration, frissons, sport, sport sport sport… Ou pas… Activités sociales tonitruantes, activités de couple plus ou moins intenses et moralement discutables dans un article comme celui ci quoique aussi efficaces et bonnes pour la santé que les autres pour celles et ceux qui me suivent.)

En objectif de perte de poids la solution est donc assez basique. Soit on réduit les entrées, soit on augmente les sorties. Le mélange des 2 peut être indiqué mais dans certaines proportions et avec prudence. 

Les réserves énergétiques

Je vous épargnerais les détails barbants d’un cours de physiologie de première année, mais voilà ce qu’il faut savoir.

Les réservoirs de votre corps cités précédemment contiennent tous des nutriments donc de l’énergie sous différentes formes.
Ceux ci vont être utilisés par différentes filières énergétiques, et dans un ordre bien précis. Permettant ainsi de créer le mouvement, à différents niveaux d’intensités et de durées.

Les muscles permettent l’effort d’une intensité maximale sur des courtes durées


Le premier est le réservoir musculaire, permet les efforts d’intensités maximales sur de très courtes durées (quelques secondes). L’énergie est directement disponible au niveau cellulaire, permettant le mouvement instantané.
« filière Anaérobie Alactique ou ATPasique ».

Le second situé au niveau hépatique (foie), permet des efforts de moyennes et hautes intensités sur des durées moyennes de l’ordre de quelques minutes. Ce réservoir correspond à la filière énergétique produisant les fameux déchets lactiques qui provoquent la monté de l’acidité, et grippe de la machine nous obligeant souvent à ralentir voir nous arrêté.
« filière Anaérobie Lactique ou glycolytique ».

On termine avec le réservoir situé dans le tissu adipeux (qui nous intéresse le plus), source quasi infinie d’énergie pour les efforts physiques de longue durée à moyenne voir faible intensité.
« filière Aérobie ».

Chacun de ses trois réservoirs sera plus ou moins utilisé en fonction du type d’effort demandé, et j’espère en adéquation avec vos objectifs.

En parlant d’objectifs…

Une fois tous ces éléments intégrés, vous n’avez plus qu’à choisir les exercices correspondants à vos objectifs en veillant à les adapter à votre niveau (force / vitesse / durée).

Le principal sujet étant l’amincissement, mettez l’accent sur les exercices d’endurance. A intensité moyenne et constante, sur des durée relativement longues. Comme je dis souvent « vous avez déjà vu un marathonien obèse? » (cela ne veut pas forcément dire que vous devez vous torcher un marathon).

N’oubliez pas que l’une des principales clés réside dans votre régularité, plus que dans l’intensité. Il vaut toujours mieux tenir ses 2 séances par semaine plutôt que de vous rincer tous les jours et de mettre 6 semaines à vous en remettre.

Il n’y a plus qu’à… Et pour plus de détails, à venir un article sur le choix de vos exercices.

L’e-book

Un précis vulgarisé sur le sport et le corps humain à télécharger en PDF.

 

Bientôt…

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *